Accueil > Actualités > Apprendre à passer pro : une formation pour les jeunes coureurs cyclistes

Apprendre à passer pro : une formation pour les jeunes coureurs cyclistes

L’Union nationale des coureurs cyclistes (UNCP), syndicat des coureurs cyclistes professionnels, et la Ligue nationale de cyclisme ont mis en place une formation collective pour préparer les jeunes coureurs cyclistes à l’environnement du sport professionnel international.

Cette formation est une première dans le monde du sport professionnel.

Une formation inédite

"Dans toutes les entreprises, des formations au poste de travail sont organisées pour les nouveaux entrants pour qu’ils se familiarisent avec leur métier et ses risques, et qu’ils connaissent leurs droits", explique Jean-Claude Cucherat, secrétaire général de l’UNCP et président de la commission paritaire de l’accord collectif des coureurs cyclistes. "Mais ce type de formation au métier de coureur cycliste n’existait pas. Il nous est utile et opportun d’en organiser une pour les cyclistes amateurs qui franchissent le pas du professionnel." L’UNCP se rapproche alors d’Uniformation, nouvel Opca de la branche. Et c’est ensemble, en partenariat avec la LNC, qu’ils choisissent MGS Reconversion, l’organisme formateur, pour mettre en place cette formation expérimentale dénommée "Coureur cycliste = un métier". Expérimentale et inédite dans le sport professionnel ! "On compte 180 coureurs cyclistes pro contre des milliers de footballeurs pro, et pourtant, nous avons été les précurseurs, et aujourd’hui, tous les autres nous envient et reconnaissent l’utilité de cette formation dans les parcours professionnels", déclare fièrement Jean-Claude Cucherat.

Subordination envers l’employeur, le sponsor, le public

10 jeunes, provenant de 5 équipes professionnelles, ont participé à la session de deux jours organisée en novembre dernier. Ces jeunes, de 20-22 ans, ne voient de leur métier que la pratique sportive : pédaler. "Par expérience, nous savons que ce n’est pas que ça. Ce sont ces aspects méconnus que nous voulions leur faire connaître." À savoir, leurs droits en tant que salarié (durée et temps de travail, congés payés, mutuelle santé et assurances, accès à la formation professionnelle, etc.), mais aussi leurs obligations dans une relation de subordination particulière puisqu’elle implique l’association employeur, mais aussi le sponsor, voire le public.

"Passer du sport passion au métier implique d’adopter un comportement professionnel, dans sa vie publique notamment. Ces jeunes sont hypermédiatisés, constamment observés par les médias. Si l’employeur est en droit d’attendre le niveau sportif espéré, il exige aussi le respect d’une éthique, essentielle dans un sport qui a été tant décrié. En outre, ces jeunes les vecteurs de l’image d’une entreprise, des éléments de communication, cela fait aussi partie de leur métier. Leur passion s’inscrit dans un cadre légal, avec un contrat de travail et des engagements vis-à-vis de l’employeur, ce qui est une notion nouvelle pour eux", reconnaît Jean-Claude Cucherat.

Et au terme de cette formation à laquelle ces jeunes sportifs venaient à reculons, ils veulent aujourd’hui s’en faire l’ambassadeur, emportés par leur enthousiasme. "On peut dire que nous avons remporté le challenge que nous nous étions fixés, et nous n’y serions pas parvenus sans Uniformation qui a accepté de financer ce projet novateur." Parole de sportif.

D'autres actualités sur les mêmes thèmes : Branches, Uniformation,