Accueil > Actualités > Manuels Valls lance une mission d’évaluation de la VAE

Manuels Valls lance une mission d’évaluation de la VAE

mission_VAE

Le Premier ministre a signé, en décembre 2015, la lettre de mission : elle comprendra un volet qualitatif (sur les processus, les acteurs, la gouvernance) et un volet quantitatif (évaluation de l’impact réel sur les bénéficiaires, efficacité et performance).

Mise en place dans le cadre de la loi de modernisation sociale de 2002, la validation des acquis de l’expérience (VAE) a pour objectif de certifier les compétences professionnelles des demandeurs  par la remise d’un diplôme, d’un titre ou d’un certificat de qualification. Si en 14 ans, elle a permis la certification de 250 000 personnes, ce chiffre est cependant loin de celui initialement prévu.  Des questions se posent, auxquelles la mission d’évaluation de la VAE est chargée de répondre : "Quelle est son efficacité et sa performance en tant que dispositif de certification et d’insertion dans l’emploi ? À quel point ses dispositifs de gestion sont-ils efficients en termes de moyens humains, financiers et de délais ? Comment s’articule sa gouvernance entre les différents acteurs impliqués, qu’il s’agisse des ministères certificateurs, des partenaires sociaux ou des instances territoriales ? La VAE est-elle un outil adapté aux besoins, compétences et profils de ses bénéficiaires ? [...]"

Cette mission sera menée conjointement par l’Inspection générale de l’administration de l’Education nationale (IGEN), l’Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la recherche (IGAENR) et de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Elle devra donc dresser le bilan de ce dispositif et envisager des pistes d’amélioration en vue d’une meilleure équité entre les territoires et les diplômes. Il s’agira également de mesurer l’efficacité et la performance d’un dispositif de certification et d’insertion dans l’emploi jugé complexe, et de déterminer le rôle respectif des différents acteurs. Enfin, il s’agira de vérifier l’adéquation de ce dispositif avec les attentes des bénéficiaires afin de tendre à "une action publique plus efficace et plus juste" souhaitée par le gouvernement. 

D'autres actualités sur le même thème : Général,

Haut de la page