Accueil > Presse > Communiqués de presse > 2009 > Uniformation évalue son dispositif de lutte contre l’illettrisme.

Uniformation évalue son dispositif de lutte contre l’illettrisme.

Paris, le 15 juillet 2009
Uniformation, en partenariat avec l’ANLCI et avec le soutien financier du FUP, a évalué ses pratiques en matière de lutte contre l’illettrisme. Une première dans le monde des Opca.

Dès 1999, Uniformation, Opca de l’économie sociale et solidaire, a intégré la lutte contre l’illettrisme parmi ses priorités : 4 millions d’euros ont été mobilisés au profit de ses adhérents sur ce thème, dont un tiers directement à la charge d’Uniformation.

Au total, 2 381 stagiaires ont bénéficié des formations. Les deux secteurs qui ont le plus bénéficié du dispositif sont l’aide à domicile, avec 38% des stagiaires, et l’insertion avec 17% des stagiaires.


Un dispositif qui repose sur la mise en situation professionnelle

La démarche proposée par Uniformation repose sur un parti pris : s’appuyer sur les savoirs techniques des salariés pour l’acquisition des savoirs de base. De plus, toutes les actions de formation s’inscrivent dans un projet d’entreprise associant les dirigeants. Ces projets ont pour finalité la qualification, l’insertion, et la promotion professionnelle des salariés bénéficiaires.
Le dispositif repose sur 4 grands types d’action de formation :

  • Les actions de sensibilisation à la problématique de l’illettrisme, à destination des employeurs principalement.
  • Les formations ayant pour but de permettre aux entreprises de repérer les salariés en difficulté.
  • Les formations à l’accompagnement qui s’adressent à des salariés de l’entreprise amenés à accompagner leurs collègues en situation d’illettrisme.
  • Les formations aux savoirs de base destinées aux salariés en situation d’illettrisme afin qu’ils acquièrent les savoirs fondamentaux.

Des pratiques pertinentes au regard des besoins des entreprises et des salariés

Uniformation mène régulièrement des études auprès de ses adhérents pour mesurer la pertinence et la qualité du service rendu. L’évaluation de son dispositif de lutte contre l’illettrisme lui permet d’apprécier les résultats atteints, de rendre compte du bon usage des financements, d’alimenter la réflexion sur les évolutions possibles et de repérer les bonnes pratiques afin de capitaliser, valoriser et mutualiser ces expériences.

  • Pour les entreprises
    Les formations aux savoirs de base ont des conséquences immédiates, positives, et visibles sur le fonctionnement de l’entreprise, en termes de communication entre salariés, avec l’encadrement, ainsi qu’en termes de relations de travail et de qualité de service.

L’obtention du Diplôme d’Etat d’auxillaire de vie sociale par les salariées de l’ADMR 41 constitue pour cette entreprise une amélioration de la qualité des services ; Selon un employeur, « Elles rentrent dans la peau de vraies professionnelles.». Elle permet également aux salariées de prendre en charge des personnes lourdement handicapées et donc à l’entreprise de développer ces activités en direction de ces publics ».*

  • Pour les salariés
    Les formations aux savoirs de base concourent à sécuriser la trajectoire professionnelle des salariés concernés, par les effets qu’elles produisent : meilleure confiance en soi, motivation, prise de recul par rapport aux pratiques et gain en autonomie sur le poste de travail. Parce que centrées sur les savoirs mobilisés au travail, ces formations remplissent bien leurs objectifs professionnels mais demeurent encore insuffisantes pour assurer une pleine maîtrise des savoirs de base que sont lire, écrire, compter.

    Les effets bénéfiques sur la vie personnelle sont bien réels, et suscitent des évolutions positives dans la sphère familiale.

    L’utilisation du carnet de liaison, outil de travail des aides à domicile pour transmettre des informations, a évolué en terme qualitatif : « Avant je disais ce que je faisais, maintenant, j’écris ce qui s’est passé ». Le cahier de liaison, qui pouvaient être source d’une certaine appréhension est devenu un outil qui fait sens: « Bien sûr que c’est utile, comme ça on sait ce qui s’est passé avant, par exemple si la personne a été malade ou a fait une chute, on comprend mieux les problèmes ». A l’ADMR de Graveson, les salariés savent dorénavant mieux se situer auprès des autres intervenants à domicile : infirmière, kiné.

  • Au global
    La mobilisation des conseillers Uniformation sur la lutte contre l’illettrisme en entreprise a été un facteur déterminant pour la mise en place de formations. Ils informent et conseillent les employeurs, ce qui garantit la mise en place d’actions de formations répondant aux besoins des entreprises et des salariés.

    Le dispositif d’Uniformation est bien adapté aux besoins des employeurs en termes de repérage. Toutefois, des besoins en termes de sensibilisation de l’encadrement subsistent, notamment pour toucher les salariés les plus fragiles.

A retenir…

La maîtrise des compétences de base pour être autonome dans les situations simples de la vie courante conditionne fortement la bonne insertion sociale et professionnelle des individus. Aujourd’hui encore, ce «socle» de compétences de base échappe à une partie de la population :

  • 3 100 000 personnes sont concernées par l’illettrisme,
  • 57% d’entre elles ont pourtant un l’emploi,
  • plus de la moitié a plus de 45 ans,
  • pour la population active de 18 à 65 ans, 8 % sont en situation d’illettrisme.

(Enquête Information et vie quotidienne INSEE‐ANLCI, 2004‐2005)
Quatre facteurs clés constituent un préalable à la mise en place d’actions de lutte contre l’illettrisme adaptées aux besoins des entreprises et salariés : la sensibilisation des employeurs, la sensibilisation des OPCA, l’offre de formation aux savoirs de base sur le territoire, l’existence d’un volet Entreprises dans le Plan régional de Lutte contre l’illettrisme.

Contacts presse

  • pour Uniformation
    • Florence Bailleul - directeur de la Communication
      Tel : (33) 01 53 02 14 87 ou 06 13 66 38 39
      Fax : (33) 01 69 64 55 07 E‐mail : fbailleul@uniformation.fr
    • Anne Olivieri - chargée de communication
      Tel : (33) 01 53 02 14 04
      Fax : (33) 01 69 64 55 07 E‐mail : aolivieri@uniformation.fr
  • pour l'ANLCI
A été réactualisée le 25/03/2010