Accueil > Presse > Communiqués de presse > 2010 > La branche de l'aide à domicile s'investit dans le développement des compétences

La branche de l'aide à domicile s'investit dans le développement des compétences

L’aide à domicile : une branche professionnelle organisée, investie dans le développement des compétences de ses salariés, essentielle dans les politiques de maintien à domicile.

Paris, le 15 mars 2010

Les résultats de l’Observatoire de la branche de l’aide à domicile viennent de paraître. La branche est accompagnée dans cette démarche par Uniformation, l’Organisme paritaire collecteur agréé, désigné par la branche pour toutes les structures de l’aide à domicile.

En cinq points, découvrez quelques‐uns des résultats de l’étude.


1. La branche de l’aide à domicile rassemble plus de 5000 structures qui emploient plus de 220 000 salariés, très majoritairement employés en CDI.

Ce nombre est en croissance régulière depuis des années. Les salariés du secteur sont à :

  • 84% des intervenants à domicile en augmentation constante.
    • 1. Assurent un accompagnement social et un soutien auprès des publics fragilisés : Auxiliaire de vie sociale – AVS, catégorie C.
    • 2. Assistent et soulagent les personnes qui ne peuvent faire seules les activités de la vie courante : Employé à domicile, catégorie B,
    • 3. Ils aident et réalisent des activités domestiques et administratives : Agent à domicile, catégorie A,
  • 5% des personnels soignants (aides soignantes et infirmières, y compris infirmières coordinatrices) travaillant en services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) ou en centre de soins infirmiers (CSI),
  • 3% des techniciens d’intervention sociale et familiale qui contribuent notamment au soutien à la parentalité auprès des familles en difficultés,
  • 7% des salariés des filières administratives et d’encadrement (personnel administratif, de direction et responsables de secteur).

2. Depuis plusieurs années, la branche a réalisé un effort considérable de qualification des personnels d’intervention à domicile, assurant ainsi la qualité des prestations.

La branche manifeste son choix de la professionnalisation par un taux de cotisation supérieur au taux légal : 2,10% à la place de 1,6%.

Le taux de personnel qualifié toutes filières confondues (intervention, administratifs et encadrement) est de 46%. Depuis la création du Diplôme d’Etat Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS), en 2002, le nombre d’Auxiliaires de Vie Sociale (AVS ‐ catégorie C) n’a cessé de croître. Ce diplôme correspond très bien aux besoins de compétences exigées sur le terrain. Dans la plupart des régions, des Engagements de Développement de la Formation (aujourd’hui EDEC) ont été négociés par la branche avec les DRTEFP (aujourd’hui DIRRECTE), ce qui a permis un effort exceptionnel de qualification de plusieurs dizaines de milliers de salariés.

3. Les directeurs ont également bénéficié d’actions visant à renforcer et moderniser le management des structures.

Les différentes Fédérations qui structurent la branche professionnelle de l’aide à domicile développent sous différentes formes des actions de soutien, de conseil et de formation pour faire face à la diversification des activités, au développement des partenariats, à la gestion des ressources humaines, aux relations avec les financeurs,…
Près de la moitié des directeurs d’associations de 200 salariés ont un niveau 1 de formation. Les directeurs de petites et moyennes structures s’inscrivent également dans cette démarche de qualification (via notamment le CAFDES, ou CAFERUIS), dans la dynamique du décret 2007‐211 du 19/02/2007.

4. Les évolutions mises en oeuvre depuis plusieurs années en matière de GRH contribuent à valoriser les métiers de l’intervention à domicile

Des démarches de GPEC se développent, surtout dans les structures employant un nombre important de salariés. Un quart des associations étaient déjà engagées fin 2008 dans une démarche de GPEC. De nombreuses associations prévoyaient de le faire à partir de 2009.
Le développement des formations continues qualifiantes et de la VAE ont été, depuis des années, le levier essentiel de la professionnalisation de la branche. Cette évolution se poursuit.

5. Cet effort de professionnalisation des intervenants se heurte de plus en plus aux difficultés des financeurs à maintenir la prise en charge du coût réel des prestations assurées, au moment où les besoins d’aide à domicile auprès des publics fragilisés sont en forte croissance

Face à la croissance des besoins et au nombre plus important de publics fragiles, les Conseils Généraux et les caisses de sécurité sociale rencontrent de plus en plus de difficultés budgétaires. Ces financeurs sont, pris dans cette contradiction de devoir apporter une réponse à des besoins croissants sans avoir des ressources qui évoluent au même rythme.

Le paradoxe est que ce frein à la politique de professionnalisation de la branche de l’aide à domicile se situe à un moment où l’exigence de professionnalisation est indispensable pour tous les acteurs tant employeurs que salariés et usagers. Cette non reconnaissance des coûts constitue un risque pour l’activité même de l’aide et des soins à domicile, et compromet la qualité de prise en charge des personnes aidées.

Quelques chiffres

  • 97 013 salariés sur les 200 000 que comptent la branche professionnelle ont suivi une formation en 2008, soit 24% de plus qu’en 2007. Ce sont près de 61 millions d’euros (+30% par rapport à 2007) qui ont été engagés par Uniformation pour + 38% d’heures de formation proposées aux salariés et structures de la branche. La formation en alternance se développe fortement notamment via les périodes de professionnalisation (en 2008, près de 350 000 h ont été ainsi financées pour près de 6 millions d’euros ‐ (source : bilan d‘activité Uniformation 2008)
  • En 2005, 8,7% de la population française était âgée de 75 ans et plus (1,8% de plus de 85 ans). En 2030, 12,1% de la population aura 75 ans et plus (3,3% 85 ans ou plus) (Projections 2005‐2050 –scénario central – INSEE 2008)
  • De 800 000 en 2000, le nombre de personnes âgées dépendantes passerait à 1 200 000 en 2040. (« La dépendance des personnes âgées : une projection en 2040 » ; Michel uée, Cyril Rebillard ; Données sociales – La société Française – 2006)
  • Au 31 décembre 2008, 1 115 000 personnes bénéficiaient de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), dont 689 000 à domicile (+3,7% sur un an). 58 200 personnes ont bénéficié de la PCH (prestation de compensation du handicap) et 104 300 de l’ACTP (allocation compensatrice pour tierce personne) (+11% sur un an pour le total de ces deux aides) (Etudes et Résultats n°690 – DRESS)
  • Si cela est possible merci d’inscrire également quelques chiffres sur les activités Famille et Soins.

A propos de la branche de l’aide à domicile

Par son nombre de structures et ses effectifs, la branche de l’Aide à Domicile est – de très loin – la branche la plus importante du secteur économique des Services aux Personnes, sous forme prestataire. Elle se distingue par sa mission d’aide, d’accompagnement et de soins auprès des publics fragilisés.
Les structures, inscrites depuis plus de 60 ans dans le paysage de l’économie sociale, sont généralement sous statut associatif et adhèrent à une des quatre fédérations nationales, qui composent la branche : UNA, ADMR, ADESSA‐ADOMICILE, FNAAFP‐CSF. Celles‐ci les représentent au même titre que les organisations syndicales de salariés : CFDT, CFTC, CGC, CGT, FO et UNSA/SNAPAD.
Parmi les structures composant la branche :

  • 87 % d’entre elles assurent des activités d’aide à domicile auprès de personnes âgées dépendantes : cela représente 83 % des heures de prestations à domicile réalisées
  • 37 % assurent des activités d’aide à domicile auprès de familles en difficulté : cela représente 7 % des heures de prestations à domicile réalisées par la branche.
  • 35 % assurent des services de soins : soit à domicile (SSIAD : services de soins infirmiers à domicile), soit dans le cadre d’un centre de soins infirmiers (CSI).
  • 5 % assurent des activités d’aide à domicile auprès d’adultes handicapés,

Contacts presse

 

Florence Bailleul – directeur de la communication Uniformation
Tel : (33) 01 53 02 14 87 / 06 13 66 38 39– e‐mail : fbailleul@uniformation.fr

A été réactualisée le 19/03/2010