L'année 2014

Le baromètre intersectoriel sur l’emploi et la formation des jeunes lancé en avril 2014 par Uniformation, permet de disposer d’une vision des pratiques, intentions et besoins des employeurs par branche et région en matière de recours aux dispositifs emploi-formation des jeunes.
Réalisé entre avril et mai 2014, il mesure l’emploi des jeunes de moins de 26 ans dans les branches adhérentes à Uniformation, les prévisions en recrutements, les métiers prioritaires identifiés et les besoins en formation attendus par branche et région.

Données statistiques de cadrage

Les salariés de moins de 26 ans représentent 11% des salariés du périmètre couvert par Uniformation et travaillent essentiellement dans les branches de l’Animation (35%), Aide à Domicile (27%) et Alisfa (12%). Cinq branches emploient parmi l’ensemble de leurs salariés plus de jeunes de moins de 26 ans : TSF (23%), Alisfa (21%), Animation (21%), Golf (15%) et Régies de quartier (14%).

En région, un peu plus d’un tiers des salariés de moins de 26 ans couverts par Uniformation se concentrent en Ile-de-France, Rhône-Alpes et PACA, mais ce sont les régions Guyane, Rhône-Alpes, Nord-Pas-de-Calais, PACA, Midi-Pyrénées, Franche-Comté et Pays-de-la-Loire qui emploient davantage de jeunes de moins de 26 ans que les autres (14% à 12%).

Les jeunes de moins de 26 ans sont surtout présents dans les petites structures (61% dans les -50 salariés) et y représentent une part plus importante (15%) que dans les grandes structures (6% pour
les + 250 salariés).

Les jeunes de moins de 26 ans sont moins souvent à temps complet (40%) que les +26 ans (51%). Plus de la moitié des jeunes de moins de 26 ans travaillent soit comme Animateurs socioculturels
(31% contre 7% pour les +26 ans), soit comme Intervenants à domicile (22% contre 27% pour les +26 ans).

Principaux résultats du baromètre intersectoriel

Environ 35% des jeunes de moins de 26 ans travaillant dans les branches adhérentes à Uniformation bénéficient d’un contrat aidé (emploi d’avenir, CUI-CAE, contrat de professionnalisation, d'apprentissage, contrat de génération). Ces types de contrats varient fortement en fonction de la taille de la structure : plus la structure est petite, plus elle a recourt aux emplois d’avenir et aux CUI-CAE, quand le recours aux CDI, CDD et contrats de professionnalisation croît avec la taille de la structure.

En région, les parts de jeunes de moins de 26 ans en contrats aidés varient fortement (de 13 % en Pays-de-la-Loire à 50% en IDF ou Picardie), en CDI et CDD également (respectivement de 30% en
Poitou-Charentes à 70% en Aquitaine et Pays-de-la-Loire et de 15% en IDF, Picardie, Alsace à 60% en Champagne-Ardenne et Franche-Comté).

Environ la moitié des structures pense ne pas recruter de salariés au cours des prochains mois (entre avril et octobre), avec une incertitude plus importante concernant les jeunes de moins de 26 ans, l’âge n’étant pas la principale préoccupation lors du recrutement par rapport à la recherche de compétences liées au poste.

Les employeurs qui pensent recruter, ont prévu de recruter des jeunes à hauteur de 2,9% des effectifs totaux, soit par extrapolation 20 000 jeunes à recruter entre avril et octobre 2014 (hors Sport, Pôle emploi et RGSS). 60% de ces recrutements se concentreront dans les branches de l’Animation (36%) et l’Aide à domicile (25%) dans le cadre majoritairement d’emplois saisonniers ou de remplacements.

Les régions les plus concernées par ces projections de recrutements de jeunes de moins de 26 ans sont Rhône-Alpes (17% des recrutements), IDF (9%), PACA (8%) et NPDC (7%). Ces quatre régions
concentrent 40% des intentions.

Ce sont majoritairement des structures de moins de 50 salariés qui devraient recruter des jeunes de moins de 26 ans entre avril et octobre.

Les contrats les plus souvent envisagés seraient le CUI-CAE (31%), le CDD classique (30%) et les Emplois d’avenir (30%), avec comme principales motivations : une opportunité financière liée à des
contrats aidés (46%), et la volonté de former un jeune à la spécificité d’un métier (40%), les plus grandes structures étant également sensibles au besoin de rajeunissement des équipes.
Par branche et par région, les types de contrats qui seraient privilégiés varient :

  • CAUE, Golf et TSF : CDD classiques
  • Alisfa, FSJT, Animation et ML PAIO : Emplois d’avenir
  • ACI, Régies de quartier et Animation : CUI-CAE
  • Aide à domicile et Mutualité : CDD classiques et CDI
  • Logement social : Emplois d’avenir et CDI
  • IRC : CDI, CDD classiques, contrats de professionnalisation et d’apprentissage.

Le principal frein au recrutement d’un jeune de moins de 26 ans serait le manque de moyens financiers (61%), puis un manque de postes à pourvoir (35%). Plus la taille de la structure augmente, moins le manque de moyens financiers est un frein et plus le manque de candidats correspondant aux postes à pourvoir devient la principale raison (ainsi qu’un besoin de profils plus âgés).
Les trois premiers métiers prioritaires qui seront ciblés toute branche et région confondues sont : Animateur (dont animateur enfants/jeunes, socioculturel, socio-éducatif) (22%), puis Agent à domicile (6%) et Secrétaire/Assistant(e) administratif(ve) (5%).

Les métiers prioritaires cités par branche :

  • ALISFA : Animateur enfants/jeunes (25% des réponses), Auxiliaire petite enfance (15%) et Auxiliaire de puériculture (12%).
  • Aide à domicile : Agent à domicile (26% des réponses), Employé(e) à domicile (18%) et Auxiliaire de vie sociale (12%).
  • Animation : Animateur (y compris enfants / jeunes, socio-éducatif et socio-culturel) (34%) et Animateur technicien/professeur (8%).
  • ACI : Agent d’entretien des espaces verts (15%), Agent polyvalent (10%) et Ouvrier du bâtiment (10%).
  • CAUE : Architecte (24%) et Animateur (19%)
  • FSJT : Animateur et animateur socio-éducatif (21%) et Agent d’entretien (11%)
  • Golf : Jardinier (30%) et agent d’accueil et d’information/hôtesse (24%)
  • Logement social : Gardien d’immeuble (24%) et Commercial (9%)
  • MPLAIO : Conseiller emploi/formation/insertion (50%) et agent d’accueil et d’information/hôtesse (15%)
  • Mutualité : Opticien / Lunettier / Audioprothésiste (9%), conseiller mutualiste (5%) et commercial (5%)
  • Régies de quartier : Agent d’entretien des espaces verts (33%), Agent d’entretien (21%) et Médiateur (15%) 
  • TSF : Animateur (8%), Agent de collectivité (8%), Agent d’accueil et d’information/hôtesse (8%), cuisinier (7%).

Par région, la moitié des prévisions se concentrent sur 5 à 10 métiers, mais 1/3 des recrutements porteraient en premier lieu sur les métiers d’Animateurs (socio-culturel, socio-éducatif, enfants/jeunes enfants, animateur technicien), et selon les régions sur des métiers supports (chargé de projet/développement local, secrétaire/Agent administratif, agent d’accueil/de bureau) ou les métiers de l’aide à domicile.

Les besoins en formation des jeunes à leur arrivée selon les employeurs se centrent essentiellement sur des formations internes d’adaptation au poste (61%). Des formations techniques coeur de métier de courte durée (33%) seraient ensuite privilégiées, avant des formations métier certifiantes (22%).

Pour la grande majorité des employeurs, la pérennisation des emplois seraient recherchée à condition de trouver les financements nécessaires (52%) et que les compétences des jeunes correspondent aux attentes de la structure (47%). Avoir recours aux mêmes contrats aidés pour des postes identiques est peu envisagé (12%). Pour la majorité des petites structures, la problématique de pérennisation de l’emploi passe principalement par l’identification des financements nécessaires, alors que pour les plus grandes structures, la pérennisation est davantage conditionnée par les compétences effectives des jeunes.
Les CUI-CAE et les Emplois d’avenir sont les deux types de contrat les plus connus des employeurs. Plus la structure est grande, plus les dispositifs d’emploi-formation sont connus. Selon les régions, les différents types de contrats aidés ou contrat d’apprentissage ne sont pas connus au même niveau.

Visualisez le Baromètre 2014 dans son intégralité

Haut de la page