Accueil > Actualités > Prévention des risques physiques et socioprofessionnels : l'ESS à la traîne

Prévention des risques physiques et socioprofessionnels : l'ESS à la traîne

La Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistique (Dares), attachée au ministère du travail, a publié une étude sur les dispositions prises par tous les employeurs, des secteurs public, marchand et non marchand pour limiter et prévenir les risques professionnels. 

Cette dernière étude de la DARES sur la prévention des risques physiques et socioprofessionnels fait apparaître que les structures de l'ESS et les PME sont à la traîne.

Charges lourdes et travail dans l'urgence

Près de 40 % des employeurs estiment que certains de leurs salariés sont exposés à des risques physiques, au premier rang desquels la manutention de charges lourdes et les postures pénibles, qui accroissent le risque de lombalgie ou d'accidents. Ils sont 53 % à déclarer que certains de leurs salariés sont exposés à des risques psychosociaux, en premier lieu la nécessité de travailler dans l'urgence, les tensions avec le public, la clientèle, les patients ou les usagers, et la crainte ressentie de perdre son emploi. Autant de facteurs qui accroissent les risques de dépression, d’infarctus ou de troubles musculo-squelettiques.

Si seules 46 % des entreprises ont élaboré ou mis à jour le document unique d’évaluation des risques professionnels - pourtant obligatoire depuis 2001… -, elles sont 60 % à avoir pris des mesures, collectives ou individuelles, de prévention des risques professionnels. Les PME et les associations sont les moins investies dans ce domaine quand les grandes entreprises ont mis en place des équipements de prévention, formé à la sécurité du personnel, modifié l’organisation du travail ou fait appel à des experts externes en santé et sécurité des salariés.

Pour aller plus loin : lire l'étude de la Dares

D'autres actualités sur les mêmes thèmes : Général, Ressources humaines,

Haut de la page