Accueil > Actualités > Transition énergétique : être acteur de la prévention

Transition énergétique : être acteur de la prévention

La transition énergétique est en marche. Elle concourt à réduire les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre mais aussi à intégrer les notions de développement durable et d’économie circulaire. En pratique, cela signifie notamment : économiser et préserver les ressources naturelles, gérer et valoriser les déchets, réemployer les matériaux. 

Le Plan de rénovation énergétique de l’habitat, lancé en 2013, fixe les objectifs annuels attendus en matière de rénovation du parc de bâtiments existants. A la clef, des enjeux environnementaux forts, mais aussi économiques et sociaux. A l’horizon 2020, les consommations d’énergie du secteur du bâtiment devront avoir diminué de 38%.

En termes économiques, le secteur de la rénovation énergétique constitue un puissant levier de création d’emplois locaux. Et parce que l’innovation est au cœur de la filière, de nouveaux emplois vont émerger.

Sur le plan social, il s’agit bien de lutter contre la précarité énergétique, en améliorant le pouvoir d’achat des ménages modestes. Informer les particuliers et les usagers sur les possibilités de rénovation ou d’optimisation des dépenses d’énergie dans leur logement est un enjeu majeur.

La formation des acteurs de la filière figure parmi les thèmes prioritaires du plan.

Les branches professionnelles adhérentes d’Uniformation concernées sont les offices publics de l’habitat, les offices publics de l’habitat  social, les entreprises sociales pour l’habitat, les coopératives HLM, Soliha, les conseils d’architecture, d’urbanisme et d’environnement, les régies de quartier, les foyers de jeunes travailleurs, les ateliers et chantiers d’insertion, les associations intervenant dans l’information et l’orientation des particuliers sur les possibilités de rénovation de leurs logements et les éco-gestes.

La réponse d’Uniformation

Déployer une offre de formation individuelle et collective sur deux axes :

  • la réhabilitation durable,
  • la prévention des déchets.

Le caractère innovant de ce projet est qu’il implique de nombreux acteurs et nécessite de travailler en transversalité. Ainsi, toute la chaîne de commande (maîtres d’œuvre, maîtres d’ouvrages et entreprises du bâtiment) est concernée, mais également les différents salariés du secteur social et d’insertion susceptible d’intervenir pour la sensibilisation des particuliers.  

 

Ils témoignent :

"Je m’occupe de l’entretien des parties communes des immeubles pour la régie de quartier et je veille au respect du cadre de vie. Tous les jours, je rencontre les locataires et je leur rappelle les bonnes pratiques pour gérer leurs déchets : trier, recycler… Je les aide, par exemple, à réduire leur consommation de chauffage. J’ai suivi une formation qui me permet de bien les informer. C’est très apprécié !"

Franck, agent d’entretien et de proximité

"Sur les chantiers de propreté, il faut appliquer au quotidien des éco-gestes. Mais il y a des règles strictes. J’ai suivi avec mon équipe une formation à ce sujet. C’est un plus pour travailler dans le respect des obligations et savoir par exemple économiser l’eau, doser les produits, réduire la pollution sur le chantier, trier et recycler les déchets."

Marie-Paule, responsable de maintenance

"Sur les chantiers de réhabilitation, le volet énergétique est devenu primordial. Je dois accompagner les différents acteurs de la chaîne de construction : en amont, le maître d’ouvrage, et ensuite les ouvriers sur le chantier et les fournisseurs pour le contrôle qualité des matériaux. Ce qui me plaît dans ce travail, c’est de pouvoir être force de proposition. Il faut connaître les aspects techniques, les aides financières et être capable de proposer des solutions. La formation sur la rénovation énergétique est vraiment adaptée et concrète, elle m’a été très utile."

Sofiane, chargé d’opérations immobilières

En savoir plus :

D'autres actualités sur les mêmes thèmes : Général, Uniformation,