Accueil > Actualités > La qualité de vie au travail, c'est maintenant !

La qualité de vie au travail, c'est maintenant !

Du 13 au 17 juin 2016, se tient la 13e édition de la Semaine de la qualité de vie au travail sur le thème "Mieux travailler à l’ère du numérique". Les besoins des entreprises dans ce domaine ne cessent de s'accroître, parallèlement à leur prise en compte des risques psycho-sociaux ou à leur volonté d'élargir leur démarche de responsabilité sociale (RSE).

Depuis plusieurs années, Uniformation s'est emparé du sujet et propose à ses adhérents des actions d'accompagnement, d'information ou de formation.

Concilier performance de l'entreprise et santé des salariés

Qu'appelle-t-on qualité de vie au travail ? Dans l’accord national interprofessionnel du 19 juin 2013 intitulé "Vers une politique d'amélioration de la qualité de vie au travail et de l'égalité professionnelle", elle est définie comme "un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué." Elle est un des éléments constitutifs d'une "responsabilité sociale de l’entreprise [RSE] assumée" et regroupe "toutes les actions qui permettent de concilier à la fois l'amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises". Le lien est clairement établi entre santé des salariés et santé économique de l'entreprise.

La qualité de vie au travail doit être pensée comme un "nouveau mode de régulation sociale" expliquait Didier Bisson, de l'Aravis (Agence Rhône-Alpes pour la valorisation de l'innovation sociale et l'amélioration des conditions de travail), lors de la 4e journée RH organisée par Uniformation Centre-Est. Pour cet expert, elle permet de retrouver un équilibre dans l'entreprise et d'en améliorer la performance, de "remettre du débat dans le travail", de réagir face à l'absentéisme, la démotivation, le manque d'engagement dans l'entreprise, un fort turn-over, voire d'accompagner les mutations. Elle est "un élément majeur de la stratégie de l'entreprise" en ce qu'elle touche à de nombreux aspects : égalité des chances, discriminations, conditions de travail et de santé, employabilité, contenu du travail, relations de travail, etc. Elle suit quatre étapes : la construction de la démarche, le diagnostic, l'expérimentation et la pérennisation, avec des instruments de mesure adaptés (indicateurs). Elle est forcément "sur mesure" puisque le contexte social est propre à chaque entreprise.

L'affaire de tous

En Paca, Uniformation participe au financement de journées d'accompagnement à la démarche et à la mise en place d'une ingénierie QVT, en partenariat avec le conseil régional, la Direccte, mais aussi l'Act Méditerranée qui apporte sa méthodologie. Des ateliers inter-entreprises sont proposés pour construire la démarche de prévention et le document unique, avec une alternance de temps collectifs théoriques (qu'est-ce que les RPS, les TMS, le plan de prévention, etc.) et de temps individuels lors desquels un consultant intervient dans l'entreprise. "La démarche doit être partagée par tous : direction, représentants du personnel, administrateurs, etc.", rappelle Natalia Niemetsky d'Uniformation Paca. Elle ajoute : "Cette démarche est un prétexte qui permet de travailler sur les tâches réellement accomplies et les risques réels qui leur sont associés : que font vraiment les salariés, à quel moment, comment." Les dirigeants sont généralement "ravis" d'une démarche qui court sur plusieurs mois et aboutit à l'élaboration en commun du document unique et à des plans d'action pour chaque métier. Des actions ont ainsi été menées dans l'aide à domicile, l'animation et le tourisme "qui requestionnent la façon de travailler des structures", mais suscitent un véritable intérêt, dans l'animation par exemple. Une journée sera organisée le 25 novembre en Paca, avec Unifaf, pour parler de la prévention des risques sociaux, de la qualité de vie au travail, en s'appuyant sur de nombreux cas pratiques.

Dans les Pays de la Loire, l'action soutenue par Uniformation s'inscrivait dans une GPEC de la branche de l'aide à domicile, et concernait un des aspects de la QVT : la pénibilité. Un premier diagnostic avait révélé des problématiques communes : le vieillissement du personnel, un secteur en pleine mutation, une usure professionnelle forte et des enjeux forts dans le secteur : l'employabilité et le soutien des parcours professionnels. Une formation-action a donc été proposée à 5 structures, en partenariat avec l'Aract, qui en assurait l'animation (et participait au cofinancement), la CPREFP (commission paritaire régionale emploi et formation professionnelle) et le CPNEFP (qui assure un suivi des différentes actions au niveau national). "Travailler sur la pénibilité permet de questionner beaucoup de choses connexes, notamment l'organisation du travail", relève Corine Bellier d'Uniformation Pays de la Loire. Trois vidéos et un guide (démarche engagée, étapes, outils, etc.) ont été réalisés "pour enrichir les démarche managériales d'autres structures". Regardez la première des vidéos expliquant la démarche :

Plus d’informations sur cette démarche sur le site de l’Aract Pays de la Loire.

Deuxième édition du Baromètre QVT dans l’ESS

La mutuelle Chorum prépare la deuxième édition du Baromètre QVT dans l’ESS. Salariés et dirigeants de l’ESS seront interrogés, en octobre 2016, sur les impacts du numérique sur la qualité de vie au travail, thème de la Semaine de la QVT cette année. Les résultats du Baromètre seront publiés en 2017.

D'autres actualités sur les mêmes thèmes : Ressources humaines, Uniformation,